Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • : Retrouvez sur ce blog quelques uns de mes écrits.
  • Contact

N'hésitez pas à partager !

Recherche

Posez vos questions, formulez vos conseils...

Proposez un défi d'écriture !

Catégories

4 janvier 2019 5 04 /01 /janvier /2019 19:46

II - La paternité virtuelle.

 

Un arbre existe virtuellement en chaque graine. C'est à dire qu'il existe potentiellement mais il n'est pas actuellement un arbre. Il en va de même pour la paternité. On pourrait donc parler de pré-paternité.

 

A - L'acte sexuel.

 

Nous nous intéressons, ici, à l'acte avec l'ambition d'engendrer. Le projet de fonder une famille se voit confronter à différentes réalités. En premier lieu, ce qui se passe chez les autres. On a des parents heureux, des parents dépassés, des parents qui ne le sont que juridiquement, des parents-enfants, des parents préparés et d'autres pas. Ensuite, il y a la réalité économique qui tempèrent les projets. Sommes-nous en mesure ou non d'assumer la charge financière que représente un enfant, sans être obligés de se priver ou de le priver. Et finalement, il y a notre Ego. Sommes-nous prêts à faire preuve d'abnégation ? Sommes-nous conscients et prêts aux sacrifices ?

Une fois que tous ces facteurs sont abordés avec sérénité, alors on peut mettre la machine en marche.

 

Faire l'amour revêt ici un caractère bien différent. Il y a faire l'amour par amour pour assouvir un désir charnel, partager un moment de synergie qui, en soi, suffit à l'engendrement. Et puis, il y l' accouplement pour engendrer. Ce qui est différent de faire l'amour pour avoir un bébé. Dans ce dernier cas, je pense que les couples désireux d'enfanter le désir avec trop d'ardeur. Le problème c'est le trop ! L'excès n'est jamais bon, et il se peut qu'il crée une barrière mentale en provoquant trop de stress. Il est possible aussi que tous les facteurs n'aient pas été médités.

L'accouplement pour engendrer, ce n'est pas commencer l'acte en se disant essayons d'avoir un enfant. C'est mettre en commun un moment charnel et dans ce partage communiquer notre envie.

 

Évidemment, tous les enfants ne naissent pas ainsi et c'est bien dommage. Car si aucune étude ne pourra peut être jamais le prouver, toutes les portes de l'Amour sont ouvertes pour accueillir la graine.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Carneau 04/01/2019 20:55

N'est ce pas une vision rétrécie à la culture occidentale ou plus particulièrement aux pays développés?
Certaine culture n'ont même pas la possibilité de ces questions sociétales, l'envie est bien plus masculine et le fait d'engendrer , peu importe... Quel est le rapport à la paternité pour certaines sociétés, si ce n'est juste la conséquence du besoin à assouvir qui associée à la religion ou à la culture amène à la création inévitable et multiples..

angel-achamann.over-blog.fr 04/01/2019 21:58

Rousseau disait qu'on ne chante jamais mieux que dans notre langue maternelle (Cf la querelle des Bouffons).
Je pense que c'est un peu la même chose en essai et en philosophie. On n'écrit jamais mieux que sur sa propre culture. Le tout est de ne pas en faire un ethnocentrisme.
Dans le même temps, on parle de mondialisation (ou aussi d'américanisation) qui est un peu une occidentalisation.. donc c'est peut être une vision à venir ailleurs.

Pour l'ensemble de l'article, les précautions sont prises. Il s'agit de l'essai qui mêle philosophie et autobiographie. Une grande part du "Moi", de subjectivité est nécessaire pour écrire ce genre de littérature.
La question, légitime, méritée d'être posée.

Merci.