Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • : Retrouvez sur ce blog quelques uns de mes écrits.
  • Contact

N'hésitez pas à partager !

Recherche

Posez vos questions, formulez vos conseils...

Proposez un défi d'écriture !

Catégories

18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 12:21

                 Le terme trahison est, étymologiquement parlant, d’origine latine  « tradère »,  et signifie « livrer, transmettre ».  Ainsi les définitions retenues sont : « livrer ou abandonner avec perfidie », « se montrer infidèle ». 
Cependant il existe des points de vue différents. De manière générale, la trahison est une rupture abrupte entre deux entités liées. Par conséquent, la trahison est d’abord une action engendrant, ensuite, chez la victime, une mosaïque de sentiments négatifs dont celui d’être trahi.
De plus il en existe deux grands types. L’une qui peut s’exercer à grande échelle (échelle nationale) et l’autre (la plus répandue) qui sévit au sein des groupuscules comme la famille ou les couples qu’ils soient liés par l’amour et/ou l’amitié.
La trahison « à grande échelle » implique la notion d’Etat. Elle regroupe la trahison interétatique, ou celle d’un individu en vers sa patrie. Ce genre de trahison ne peut être le fruit que de personnes affranchies des idéologies civiques. En effet, les actions fondant ce type de trahison peuvent avoir pour conséquences l’occupation du pays, la mort de nombreuses personnes innocentes, attentat à la sureté de l’Etat…. Les causes de telles actions sont diverses mais peuvent être synthétisées comme suit : œuvre d’un déséquilibré, ou d’un nationaliste extrémiste, ou encore les agissements par profit. Quoi qu’il en soit, des réflexions concernant ce sujet, est née une législation sanctionnant le crime de haute trahison. La punition étant souvent la condamnation à mort ou l’exil, cela a permis de la contrôler. Cependant, cette trahison n'est pas celle que je souhaite analyser.
A une échelle bien plus petite, la trahison est quotidienne. Pour la comprendre il nous faut répondre à des questions : d’abord d’où vient la trahison ? Pourquoi sommes-nous trahis ? Que se passe-t-il après la trahison ?

 

                 D’où vient la trahison ?

                    De même que la première cause de divorces est le mariage, la première cause de trahisons est la confiance. Comme disait Voltaire : « Dire le secret d’autrui est une trahison, dire le sien est une sottise ». En effet du moment où par confiance, on se confie à une personne, on se prive d’une partie de notre liberté. Quelle est donc cette manie de toujours vouloir s’enchainer ? L’origine de toute trahison est ce « besoin » répressif de vouloir trouver l’amour et/ ou l’amitié ( cf Amitié partie 1   Amitié partie 2 ). Esope rapporta qu'un jour, les chênes se plaignirent à Zeus:

" A quoi bon, lui dirent-ils, être venus sur cette terre pour finir à coup sûr sous la hache du bûcheron ?- N'est-ce pas vous, répondit Zeus, les responsables de vos maux puisque vous fournissez vous-même les manches pour les haches ?"

Il en est de même pour les hommes: certains reprochent absurdement aux dieux des maux qu'ils ne doivent qu'à eux-mêmes. "
 N’est-ce pas là, le même problème ?
Bien que la trahison soit un acte égoïste entrainant chez l’autre un sentiment de déchirement intérieur profond, on ne pourrait réellement la blâmer, puisqu’elle proviendrait de la victime.
Cependant, ce n’est pas tout à fait juste. En effet la trahison à une seconde origine : l’éducation. Si tout individu apprenait à ériger le respect comme premier principe universel et absolu  « tout irait comme dans le meilleur des mondes possibles » car:
1 par respect pour autrui on ne se confierait pas ou peu, puisqu'on respecterait le fait que l’autre a aussi ses problèmes.
2 par respect pour l’autre, si on nous confie une quelconque histoire, celle-ci doit demeurer secrète, même en cas de conflit avec la personne concernée. Et si l’on se sait bavard, il nous faut refuser d’écouter.
3 par respect pour soi, il nous faut garder ce que l’on nous confie, afin de ne pas nous dévaloriser aux moyens de la lâcheté et de la médiocrité.

                   Pourquoi sommes-nous trahis ?

                      Le but est, ici, de lister et d’expliquer le plus grand nombre de causes possibles, par conséquent la liste peut ne pas être exhaustive.

Il y a d’abord la trahison non intentionnelle, qui peut être due soit à un excès de paroles, soit au comportement de l’individu. Bien que fréquente, cette cause est, je pense, la plus pardonnable. En effet dans le premier cas celui où le problème est l’excès de paroles, on ne peut en vouloir au « traitre ». Le seul coupable est celui qui a fait confiance. Celui qui aura délivré un secret, par imprudence, n’est pas condamnable. Cet individu aura été victime soit de manipulation, soit d’une relation esprit-langage le conduisant à un lapsus, ou d’une relation langage vocal et langage corporel contradictoire le trahissant. Dans le second cas, où le comportement est le problème, la trahison ciblée n’est pas la livraison d’un secret mais l’abandon. En effet dans notre société, abandonner une personne est subi, et ressenti comme une trahison. Cependant, bien que cet abandon soit douloureux, puisqu’on pensait avoir trouvé en cette personne la satisfaction au pseudo-besoin de se lier d’amitié, on ne peut pas, non plus, trop en vouloir à l’abandonnant. Effectivement comment prouver que cet abandon est intentionnel ? L’individu reste juste fidèle à une manière de vivre qu’il a adopté causant quelques dégâts émotionnels chez la personne qui s’était attachée. N’est-ce pas à la victime de faire l’effort de comprendre la personnalité de son homologue afin de remédier au problème ?

Il y a dans un second temps la trahison intentionnelle qui se décline en une multitude de causes :
la première est toujours d’origine comportementale ; elle concerne toujours l’abandon mais dans une optique différente. Cette fois l’abandonnant est conscient de la portée de ses actes. Malgré tout, il continue. C’est le genre de personne qui tire profit des situations. Dans ce cas il n’y a pas d’option.  La victime doit accomplir un travail sur soi, lui permettant d’accepter le fait qu’elle ait été abusée, afin de pardonner. Pourquoi pardonner ? Car c’est l’accord du pardon qui permet de passer à autre chose.
La seconde est d’avantage le résultat d’un manque de morale, c’est la trahison rentabilisée au moyen de l’argent. Inutile de développer, ni même de porter un jugement il faut juste se poser la question quel est mon prix pour que je trahisse ? Le plus difficile étant de ne pas se donner bonne conscience en se mentant et en se disant que même pour tout l’or du monde on resterait muet.
La troisième est le cas de la vengeance. Cette trahison est la plus ignoble, puisqu’elle reflète toute la bassesse, toute la méchanceté d’un esprit troublé incapable de faire fi de tout sentiment pour agir avec discernement. C’est en cela que réside souvent la bêtise de l’homme.

                    Les conséquences.

La trahison est comme un poison qui s’écoule dans nos veines. Sans contrepoison, nos organes principaux sont touchés. Selon le degré et le type de trahison, il y a plus ou moins de dégâts. En effet le panel de dommages peut sétendre d'un simple reproche à un cocktail d'émotions négatives. De nouveau je procèderai à une énumération :

1 le reproche : La victime peut avoir tendance par bonté à pardonner aveuglément. Ainsi elle se contente d’un petit reproche tel un avertissement. Et s’imagine que tout est rentré dans l’ordre.

2 la déception : la victime peut en effet être déçue de ce comportement. Elle ne parvient pas à comprendre le geste pour la simple et bonne raison que jamais elle n’aurait imaginé cette possibilité. Cette déception provoquera à l’avenir un sentiment de prévention face à autrui. Mais la victime parvient à oublier très vite cette mésaventure.

3 la déception et la colère (voire haine). La victime déçue, ne veut entendre raison et souhaite causer autant de mal qu’il lui en a été fait. Le pardon semble impossible. Elle se voue donc à un long épisode de tortures inutiles.

4 le déchirement émotionnel. Il existe des êtres dotés d’une extrême sensibilité. Ceux-ci sont très affectés par la trahison. Ils sont pris dans un tourbillon infernal d’émotions négatives et destructrices comme la déception, la haine en vers l’autre, la colère en vers soi, la méprise de soi et des autres, la perte de confiance en soi, la tristesse, la perte de repères, l’incompréhension, la dévalorisation du lien humain et celle de leur personnalité, l’impression d’avoir été abusés, humiliés, violés …. Ce qui déstabilise psychologiquement la victime au point que son état peut être dépressif, ou même suicidaire. Et se relever peut s’avérer très difficile. Une fois remise de la trahison, la victime peut être le fruit d’un changement d’identité totale. (Dans ce cas extrême, les conséquences touchent aussi les proches de la victime, et influencera ses choix toute sa vie.)

Ainsi, je rejoins ma conclusion de l'article sur Amitié partie 1 ( et partie 2 ), même si la romancière québécoise, Charlotte Savary, nous offre une autre voie d'analyse : " La trahison n'est qu'un mot inventé par les hommes, pour confondre leurs frères qui ne pensent pas de la même façon qu'eux."

 

Partager cet article

Repost0

commentaires