Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • : Retrouvez sur ce blog quelques uns de mes écrits.
  • Contact

N'hésitez pas à partager !

Recherche

Posez vos questions, formulez vos conseils...

Proposez un défi d'écriture !

Catégories

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 20:19

Je quittai le foyer familial très jeune. En réalité, dès que j'eus l'age de prendre les armes. A l'époque, le seigneur nous enrôlait très tôt, dans l'art de la guerre, afin d'agrandir son armée, son territoire, sa richesse. Mais les armes ce n'étaient pas pour moi . Moi, j'aimais la nature, les animaux, m'allonger près de la rivière pour écouter la symphonie que m'offrait la nuit. J'aimais aussi écouter les ménestrels et regarder les spectacles qui se produisaient dans la rue. J'affectionnais particulièrement les soirs de pleine lune. Ces soirs là, un grand feu brûlait au centre du village. Les flammes dansaient sous la lune comme pour la charmer. Il faisait chaud, l'air sentait la viande grillée, l'eau était fraîche, c'était l'occasion d'un grand banquet du petit peuple avec la participation pécuniaire du seigneur. Ces soirs étaient propices aux histoires. Beaucoup se transformaient, pour le temps d'un soir, en marchands de rêves... La priorité était donnée aux étrangers, c'était l'occasion pour nous de nous tenir au courant des événements qui se produisaient dans les villages voisins... Puis, se succédaient respectivement les voyageurs, certains soldats, les vieillards et vers la fin des festivités, quelques poivrots contant des histoires qui ennuyaient les enfants, déplaisaient aux femmes et ne faisaient rire que d'autres hommes soûls. Enfin le plus important à cette époque était les liens que j'avais avec Jonas, mon ami.

Nous nous connaissions depuis le berceau. Nous passions certains moments tous les deux mais n'étions pas toujours ensemble. Il faut dire que lui se passionnait pour les armes et l'action ; quoi de plus logique quand on a un père forgeron ? C'est souvent moi qui lui rendait visite mais c'est souvent lui qui fournissait les efforts pour pratiquer des activités communes. Ainsi un soir, allongés dans l'herbe, prêt du fleuve, nous parlions longuement... D'abord, nous nous souvenions des bons moments passés ensemble, ensuite je le laissais nous projeter dans le futur. Mais ce soir là, il cherchait d'avantage à savoir ce a quoi je pensais :
 " - Pourquoi c'est toujours à moi de parler de nous au futur ?
- Tu te souviens de ce qu'a raconté le vieux Johan sur la différence entre la fourmi et la cigale ?
- Oui bien sûr ! la cigale n'avait rien à manger pendant l'hiver car elle n'a fait que vivre le carpe diem pendant l'été. La fourmi, elle,  faisait des provisions pendant les beaux jours... pour survivre à l'hiver.
- Mais te souviens-tu de ce que la cigale dit à la fourmis quand celle-ci lui fit remarquer que l'oisiveté n'était pas bon ?
- Heu ...Non pas du tout !
-  Mon ami fourmi, pourquoi perdre mon temps à engranger durant l'été, alors que c'est la seule période où l'on m'écoute chanter ? Toi, tu es réputée laborieuse et courageuse et ce puisque tu te projettes dans le futur, futur amenant la période froide, que nous détestons. Mais tu sais Fourmi, le futur est incertain !"

Je poursuis en concluant :
" - Voila pourquoi je n'aborde pas ce sujet avec toi... le futur est incertain ! Je ne doute pas lorsque tu dis que tu deviendras un grand chevalier mais je peine à m'imaginer.
 - Et comment sais-tu que le futur est incertain ? Au final, comme moi tu devras servir notre seigneur.
- C'est pour cela que j'ai demandé à te voir aujourd'hui. Jonas, je vais partir ! Je ne sais pas encore où mais, je sais que je reviendrais dans très longtemps. Si je reste, je ne serais pas heureux car je ne trouverais pas le bonheur dans les armes.
- Sérieusement ? Je ne m'y attendais pas... Mais si c'est ce que tu veux, l'ami, si tel est ton souhait ... alors qu'il en soit ainsi et que tu puisses être heureux. Nous nous reverrons ... "

Ce fût les derniers mots que j'échangeais avec Jonas avant mon départ. Après une chaleureuse accolade, nous nous souhaitions bonne chance. Je partis quelques jours plus tard. Je traversais de nombreux comtés. A pied et à cheval, je sillonnais le territoire et je rencontrais de nombreux individus. Mon voyage fût très enrichissant. Et un jour, j'entendis parler, près du domaine seigneurial de Montaner, d'un curieux animal, un oiseau bleu* qui chante et qui parle. Je me mis à sa recherche. Traversant les forets, gravissant les montagnes, luttant contre les vents violents sans jamais l'apercevoir, je finis par désespérer. Fatigué, je m'étendis de tout mon long sur le sol en fixant les nuages. Cet azur qui m'apaisait, provoqua chez moi un stimulus faisant dérouler toute une série de souvenirs de moi, de Jonas, et de ma vie d'enfant. Soudain, j'entendis non loin de ma position un homme pousser la chansonnette. Il passa devant moi et s'adressa en ces termes :

"  - A en juger par votre mine, je suppose que vous êtes exténués ? Tous les hommes cherchant ce fameux oiseau finissent ainsi.
- Vous semblez en savoir des choses sur cet animal ... Peut-être pouvez-vous me conseiller, vieil homme ?
- Jeune Homme, retenez ce que je vais vous dire ! L'oiseau bleu est en réalité le Bonheur et cela n'existe pas dans ce monde. Ce n'est qu'un mot inventé par l'homme pour conceptualiser une finalité. Mais si le bonheur n'est que rêve, il nous reste la Joie.
- Vieil Homme, je suis parti à la recherche du bonheur et j'ai tout quitté dans ce but.  Tu dis que je ne peux le trouver. Mais qu'il existe en ce monde la Joie. Comment puis je la trouver ?
- Je ne peux pas apporter toutes les réponses. Il faut finir votre voyage. Un Homme doit découvrir ce genre de choses lui-même !"

Sur ces mots, il reprit son chemin. Éloigné de quelques pas, il s'exclama à haute et intelligible voix :

" - Amitié rime avec Félicité ! "

 

* L'oiseau bleu est un conte qui m'inspire !

Partager cet article

Repost0

commentaires