Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • : Retrouvez sur ce blog quelques uns de mes écrits.
  • Contact

N'hésitez pas à partager !

Recherche

Posez vos questions, formulez vos conseils...

Proposez un défi d'écriture !

Catégories

7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 21:27

Arras, toi qui m'as vu naître et m'a vu grandir,
Je suis rentré, avec mes lettres pour t'écrire.

 

Les aiguilles de l'horloge ont tourné
Depuis que j'ai quitté la rue Voltaire.
Mais dans le secret, je t'ai espionnée
Comme si j'étais ton dépositaire.

Mon quartier et moi avons cheminé
Suivant un divergent itinéraire.
Lui cherchant un fidèle passionné,
Moi, délaissant le riche Sanctuaire.

Le passé susurre aux maux à venir,
Des présents mots pour adoucir.
Sauvez le suave vesou de Souvenir

Car cette sève est savourée par l'avenir.


Souvenirs de l'école élémentaire,
- Entourée de deux bienveillantes tours -
Dont les mystérieux tracés de la cour
Ont tant suscité mon imaginaire...

Près du labyrinthe, deux grands sapins
Ont pris, dans leur feuillage, mon jouet.
Je vous ai maudit avec un discret
Mépris pour la perte de mon gredin.

Vous en vouloir toujours, je ne le puis.
Faisons la paix car les années ont fuit
Et je sais que mon nom n'est pas sculpté
Dans votre graciée écorce exultée.

 

Le passé susurre aux maux à venir
Des présents mots pour adoucir.
Sauvez le suave vesou de Souvenir
Car cette sève est savourée par l'avenir.


Le nom d'une institutrice est gravé
Puisqu'elle me permit de m'élever.
Madame K, vous avez animé
L'un de mes piliers : l'Amour de rimer.

Mais l'école a une place de choix
Dans la mémoire du vieux chérubin.
Outre votre voix, comptons les copains,
La première punition qui déçoit...

Les concours et les combats dans la cour,
Les premiers résultats et les bons points,
Les tristes adieux lors d'un sombre jour
Dont l'image garde ses embonpoints.

Le passé susurre aux maux à venir
Des présents mots pour adoucir.

Sauvez le suave vesou de Souvenir
Car cette sève est savourée par l'avenir.
 

Des connaissances de la Tour Pascal,
Je ne me souviens que d'un adulte banal
Pour qui j'éprouvais une compassion
Car il vivait dans la désolation.

L'été je visitais Voltaire et puis Corneille
- Olivier et moi chassions les abeilles -
Mais aussi Descartes et puis Balzac
- Que nous avions choisi comme bivouac … -

Du présent provient ma mélancolie
Quand je vois que la défense d'orties
Ne donne plus sur un champ de blés las ;
Mais sur Rabin et Nelson Mandela.

 

Le passé susurre au mot « avenir »
Des présents maux à adoucir.
 

Le Temps passe et les habitants oublient,
J'ai subi le même sort que Timy,
Ce petit commerce près du Vincennes.
Le Temps reste le champion de l'arène.

 

Sauvez le suave vesou de Souvenir
Car cette sève est savourée par l'avenir.

Partager cet article

Repost0

commentaires