Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • : Retrouvez sur ce blog quelques uns de mes écrits.
  • Contact

N'hésitez pas à partager !

Recherche

Posez vos questions, formulez vos conseils...

Proposez un défi d'écriture !

Catégories

23 mai 2019 4 23 /05 /mai /2019 21:46

Voici deux notions très subjectives. Les définitions du Bien et du Mal sont l’archétype de la dualité erronée. D’abord parce qu’au sein d’une même société, les individus ne tomberont pas toujours tous d’accord, sur ce qui est bien ou mal. Mais aussi parce que ce qui peut être prohibé chez une civilisation peut être toléré voire encouragé dans une autre.

Quelques exemples :

- Roter à table, c’est mal-polie voir sans gêne en France, c’est donc mal. Dans d’autre pays, c’est presque un hommage au repas et à son chef.

- Donner un pourboire au serveur c’est bien, c’est un signe de gratitude pour le service qui se veut d’une qualité supérieure ou au moins égale à celui attendu. En donner dans d'autres pays, c’est mal venu et même une offense au serveur, puisqu’on l’invite à améliorer son service.

- Le cannibalisme, c’est mal car la vie humaine serait précieuse et le respect du cadavre aussi. Pour autant dans les sociétés ancestrales, c’est ainsi que finissaient les défunts ou les ennemis.

C’était des sauvages, penseront certains. Mais n’est-ce pas plus sauvage de sacrifier en masse des milliers et des millions d’animaux qui ne seront pas tous mangés ?  

N’est-ce pas dommage de laisser le corps aux vers alors qu’il peut nourrir une partie de la tribu ? Entre nous, qu’un corps soit mangé par une colonie de vers, qui seront mangés par des poulets, eux-mêmes mangés par nous, ou que nous le mangions directement, il n’y a pas de grande différence. Imaginez, on pourrait remplacer les cimetières à venir par des forêts ou des habitations. Serait-ce un manque de respect aux morts ? (Ce sera l’objet d’un article, cette semaine).

 L’homosexualité, c’était mal et d’ailleurs condamné. Aujourd’hui, c’est accepté et légalisé mais encore difficilement que ce soit en France ou dans d’autres pays du monde. Pourtant qu’y a-t-il de mal ? Je ne suis pas militant pour la cause gay mais je ne suis pas homophobe. Ils font partie du paysage comme les autres individus. Il y a certains points où je ne suis pas vraiment en accord dans le combat mené par les homosexuels mais rien qui justifie les notions de bien ou de mal.

 

Bref, à travers quelques exemples hétéroclites, on s’aperçoit que la frontière est mince entre le Bien et le Mal puisque ces notions ont pour corps notre histoires, nos influences, nos coutumes. Le voilà notre ami AVOIR. Le bien et le mal ne sont pas en tant que tel. C’est parce qu’on leur donne de la matière idéologique qu’il revêt une réalité. Mais une réalité perçue différemment par chacun.

Si un homme est accidenté et, perd un doigt, nous remarquerons qu’il a perdu un doigt là où, lui, remarquera qu’il lui en reste 9. C’est une question de perspective. Voir les choses sous différents angles permet d’une part plus de justice dans notre appropriation de la donnée et, permet une vision d’ensemble.

Le TAOISME nous enseigne que sans le Bien, il ne peut y avoir de Mal et que le Mal n’existe que parce que le Bien existe. Les deux ne font alors qu’un, puisque l’un sans l’autre, ils ne sont pas. Nous en revenons au principe d’unité. Mais si le Bien est mal et que le Mal est bien, les deux opposés s’annulant, ils n’existent plus.  

Partager cet article

Repost0

commentaires