Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • Le blog d' Angel-Achamann.over-blog.fr
  • : Retrouvez sur ce blog quelques uns de mes écrits.
  • Contact

N'hésitez pas à partager !

Recherche

Posez vos questions, formulez vos conseils...

Proposez un défi d'écriture !

Catégories

13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 22:36

IV - Les suites de couches.

A - Du point de vue du séjour.

1 - Le temps d'attente entre l'accouchement et la mise en chambre.

Deux heures, c'est long pour une femme qui a accouché, qui a souffert, et qui n'a pas mangé. Pour le papa qui assiste aussi à l'ensemble, il est possible d'aller chercher un casse-croûte, mais j'ai préféré rester pour apporter, chaque seconde, une maigre participation d'un point de vue moral. Par conséquent c'est long aussi.

Quatre heures, c'est de la torture. Heureusement, pendant cette période on envoie les sms pour annoncer la nouvelle et les échanges permettent de pas trop s'ennuyer. Mais ça n'occupe qu'un quart du temps. J'ai invité ma femme à dormir un peu pour patienter. Bien qu'elle avait la petite sur elle, j'étais là pour surveiller.

Outre la fatigue et la faim, elle avait une grande envie d'uriner.
Personne dans les couloirs. il a fallu attendre qu'on vienne nous chercher pour que je demande à ce qu'on l'accompagne. En effet, moi je devais rester avec Rose et elle ne pouvait pas dans son état déambuler seule. Quelques minutes après, nous sommes amenés en chambre.

 

Le seul moment que j'ai trouvé appréciable c'est que devant la chambre, j'ai mis une nanoseconde à voir qu'on était en 1411. C'est un détail mais comme Rose est née le 14 novembre, j'ai trouvé en cet instant une espèce de confort. - Chelou le gars ! 

 

2 - Les matins.

Durant les cours de préparation à la naissance, on apprend qu'il est préférable pour un nouveau-né de le laisser se reposer. Pour cela, il faut limiter au maximum les va-et-vient, les baisses ou montées de température. Pourtant, le personnel entre une dizaine de fois entre 7h et 12h. C'est dommage, qu'ils ne pensent pas à venir à plusieurs pour limiter ces venues. Car il n'y a pas que l'enfant qui ne peut pas se reposer. Les parents non plus, surtout la mère.

 

Je pense, qu'une découpe devrait se faire comme suit :

6h30 -7h Passage de deux personnes : une pour examiner la maman l'autre le bébé.

10h15 -10h30 Passage de trois personnes, dont les deux du premier passage et la troisième pour le nettoyage de la chambre.

12 h Une personne pour le repas.

Ce découpage permettrait :

- de respecter les conseils donnés par la même équipe médicale durant la phase de grossesse,

- de permettre à la mère de se reposer.

 

Et le papa dans l'histoire ? Si le papa peut rester avec sa famille, je le conseille. Encore une fois, c'est un soutien pour la mère, la protégeant de la dépression post-natale qui arrive fréquemment. Le père se consacre à l'enfant dans tous les petits moments où la mère est occupée (repas, WC, tentative de repos). Le père peut aussi enregistrer tout ce qui se dit. La somme d'informations est conséquente et une maman fatiguée, entrain d'allaiter peut avoir des moments d'hypovigilance. Ces jours furent longs et pas très productifs. Mais la logique de l'homo-oeuconomicus ne doit pas s'appliquer dans les moments familiaux forts.

Partager cet article

Repost0

commentaires